J'aurais aimé...

J’aurais aimé Manosque et la Provence comme berceau de mon enfance !
J’aurais aimé séjourner au Paraïs !
J’aurais aimé avoir 20 ans au Contadour pour vivre la grande aventure ! Lire la suite...

mardi 16 avril 2013

L e Contadour, "Mythes et réalités"

                                   Le Contadour, vers la joie !


"Après le dîner, le soir, nous nous réunissions autour de l'âtre illuminé. Et nous racontions des histoires. On m'avait tout de suite interrogé mais j'avais refusé de répondre. Vous m'interrogiez sur la joie, camarades, et vous étiez joyeux ! Que répondre ? (...) A quoi servirait de vous répondre si vous ne saviez pas en même temps de quoi je suis riche, si vous ne saviez pas ce que je désire pour vous. (...) Si il y a tant de ressources en nous quand nous n'avons plus rien, de quoi ne serons-nous pas capables quand nous avons quelque chose ? Je donne ce que j'aime à ceux que j'aime. Pour que nous ayons des sacs également chargés sur la route. Vers la joie".
Jean Giono, préface aux Contadouriens - les vraies richesses



Jean Giono et Lucien Jacques au Contadour

"Dans l'écheveau trop emmêlé de notre société, Giono, au Contadour voulait tout reprendre au début. Il espérait que l'homme comprendrait enfin qu'il est unique, et que c'est en faisant un fantastique effort de fraternité qu'il pourrait se sauver et retrouver la sérénité. 

(...) Le Contadour reste un merveilleux souvenir que Jean Giono a essayé d'effacer comme une tare grave".

Pierre Pellegrin, Le Contadour - Mythes et réalités 1992


Tableau et dessin de Lucien Jacques représentant le plateau du Contadour


LE BONHEUR 



"Lorsque j'ai débouché sur le plateau, je l'ai aperçu
Il était là,
Immobile sous le ciel immense
Malgré les années, je l'ai tout de suite reconnu.
Parmi l'Hysope, la sauge, la lavande et le thym,
Il était là !
Surgi de vos rires, vos sourires et vos regards
Il était là !
Sur les fruits cueillis et partagés
Il était là !
Dans les pas de Jean Louis notre berger, dans la parole de René,
Il était là !
Au coeur des multiples rencontres simples et généreuses
Il était là !
A fleur de cerf volant et de pierres sèches
Il était là !
Doux, tendre, chaud, palpitant comme une caresse
Il était là !
LE BONHEUR !! "
Marie Christine Talon, Août 1995 (à propos des petits Contadours)



3 commentaires:

  1. Bonjour,

    Bravo pour votre blog. Question à propos de cet article : pourquoi jean giono a t'il voulu effacer ces souvenirs de sa mémoire comme le dit l auteur que vous citez ?

    Merci d'avance pour votre réponse.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour, merci de votre sollicitude pour mon blog,

    Au Contadour, sans le vouloir, Jean Giono est vite devenu un "Gourou" une sorte de maître à penser.
    Giono est foncièrement pacifiste mais aussi toujours en quête du bonheur à partager, tous, les disciples contadouriens, sont partisans de la paix et la période est troublée. Tous attendent un "message", Jean Giono estime que l'on discute trop et qu'il faut que "chacun trouve son compte", la recherche du bonheur étant une recherche individuelle ( voir plus haut le texte - préface aux contadouriens - Les Vraies Richesses).
    Les longues conversations restent très orientées, à un moment il n'a plus été maître du jeu, ceux qui l'entouraient le poussaient vers une idéologie et Giono devint en quelque sorte l'otage de la communauté du Contadour, ce qui en toute bonne foi il n'avait pas souhaité mais son extrême générosité l'avait entraîné malgré lui vers ce profond malaise, l'empêchant d'être totalement lui même. Il considère donc ce long épisode comme un échec.

    Pierre Magnan témoignera dans son "Pour saluer Giono" : "ils ont enfin trouvé leur Christ".

    Jean Giono dira lui même : "A partir du moment ou le Contadour est devenu une "chapelle", une machine à discuter, je m'en suis séparé".

    Et Pierre Magan ajoutera : "Giono se forcera à gommer le Contadour parce que, en vérité, pour la partie de lui-même qui était la seule dans sa vie à avoir droit au chapitre, cette aventure n'avait servi à rien".

    J'espère que ces précisions vous éclaireront et je reste à votre disposition.
    A bientôt peut-être
    Michèle

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour votre réponse très précise.
    Bonne continuation !

    RépondreSupprimer

Bonjour,
Merci de votre intérêt pour mon blog et Jean Giono.