J'aurais aimé...

J’aurais aimé Manosque et la Provence comme berceau de mon enfance !
J’aurais aimé séjourner au Paraïs !
J’aurais aimé avoir 20 ans au Contadour pour vivre la grande aventure ! Lire la suite...

mercredi 3 avril 2013

L'aventure du Contadour,


"Il y a sur terre, de beaux moments, bien tranquilles"




" Un grand tapis magique, suspendu dans les étoiles et au bout, là bas, le Ventoux dort comme une tortue bleue avec la tête dans le sable"
Jean Giono,

Le mont ventoux depuis le plateau du Contadour

1935 - 1939 - JEAN GIONO ET LE CONTADOUR



Le 31 Août 1935, un groupe de randonneurs se retrouve au rendez-vous fixé à Manosque, prêts à tenter ce qui représentait pour beaucoup d'entre eux la grande aventure de leur vie. Tous admirateurs de l'oeuvre de Giono et qui voulaient rencontrer l'écrivain, la randonnée va durer trois jours, au terme du troisième jour, après un bivouac à Vachères et un autre à Banon et Jean Giono s'étant luxé le genou, l'équipe arrive au Contadour et s'y installe.
Le séjour sera magique, grâce au talent de Giono le conteur avec sa verve habituelle, ses histoires de bergers et d'étoiles, les compagnons vivent au quotidien la poésie des grands espaces, de la nature sauvage. L'aventure humaine est tellement forte qu'au bout de 15 jours les participants décident de renouveler l'expérience à Pâques et en été. Il y aura ainsi neuf "Contadours" jusqu'en Septembre 1939.
Source, Jean Louis Carribou






" Je n'ai jamais rencontré dans ma vie, quelqu'un d'aussi enthousiaste à faire partager le bonheur d'une nouvelle vie. Elle était là, à portée du vouloir. Giono, par la parole, savait la placer dans le coeur, d'un sceau indélébile".
Pierre Pellegrin, Le Contadour - Mythes et réalités 1992







" j'avais reçu une lettre m'invitant de la part de Giono à aller le voir et à me joindre à ses amis du Contadour.
Qui étaient ses amis? Qu'était le Contadour? On m'avait dit : C'est une ferme collective,  c'est un camp de fadas! mais où? oh! pôvre! C'est plus haut que Banon! A Banon vous prendrez la route du Revest et à trois kilomètres vous verrez l'écriteau. Il y a déjà toute la bande là haut!
D'ou je venais peu importe, car après la dernière friche envahie de genêts, on arrivait sur une crête au bord d'un vallon et là ma vie a basculé..."

"J'allais devenir le berger de ce troupeau de l'amitié, surtout de la terre promise, dans ces temps troublés, chariot de toutes les espérances, j'emportais le Contadour avec moi".
Alfred Compozet, Le pain d'étoiles 1980


1 commentaire:

  1. Bel article, passionné et documenté sur ce magnifique plateau !

    RépondreSupprimer

Bonjour,
Merci de votre intérêt pour mon blog et Jean Giono.