J'aurais aimé...

J’aurais aimé Manosque et la Provence comme berceau de mon enfance !
J’aurais aimé séjourner au Paraïs !
J’aurais aimé avoir 20 ans au Contadour pour vivre la grande aventure ! Lire la suite...

dimanche 20 octobre 2013

La grande épopée du barrage de Serre Ponçon...


"La Durance, elle, s'est arrêtée à Serre Ponçon,  contrainte,  forcée par l'homme et désormais prisonnière d'un barrage d'une capacité de 1270 millions de mètres cubes".


Le barrage de Serre Ponçon

 L'idée d'un barrage sur la Durance remonte à l'année 1856. C'est en 1912 qu'Ivan Wilhelm, ingénieur des ponts et chaussées d'origine russe, publie un ouvrage ou il montre la nécessité de réguler le cours de la rivière. Il ne verra jamais la réalisation puisqu'il meurt en 1951 et les travaux débutent en 1955 et vont durer 54 mois jusqu'en 1961. Le barrage est fait d'une digue de terre compactée, de 650m d'épaisseur à la base avec un noyau central d'argile, le premier exemple de ce type en France.Source Muséoscope du lac -Espinasses (1)

Il disait en 1909 :
" Nous pourrons, dans une dizaine d'années, contempler un des plus grands barrages du monde et admirer le lac artificiel qui constituera une attraction peu ordinaire, dans un site sauvage et grandiose. Nombreux seront les touristes qui viendront parcourir les rives ou naviguer sur les eaux bleues dans lesquelles se mirent les hautes cimes du Morgon et du Colbas"
Ivan Wilhelm - La Durance 1909

Croisière sur le lac 
Entre ciel et terre, le belvédère du Sauze-du-lac
En perspective, la grande digue, le bassin et le canal EDF

" Les eaux du Lac de Serre Ponçon recouvrent désormais le confluent de la Durance et de l'Ubaye, rivière montagnarde dont les flots se noient discrètement dans le grand réservoir".
C. Gouron - H. Vesian - Serre Ponçon, Voyage photographique



La branche Ubaye du lac vue du belvédère de Saint Vincent-les-Forts 


L'Ubaye à Barcelonnette

Et puis, il y a Embrun, la majestueuse, bien établie sur son Roc, protégée par ses montagnes  et dominant la Durance, c'est une jolie cité discrète et secrète à l'âme déjà provençale, toute ensoleillée, fontaines, placettes, façades colorées, ruelles ombragées, terrasses avenantes, tout y est ! Elle dispose grâce au lac d'une grande base de loisirs et d'un plan d'eau très prisés des touristes. Il y fait bon vivre.


Embrun posée sur son rocher


"Ce fut d'abord, la ville elle-même, allongée sur son roc en forme de navire, déroulant de la proue à la poupe la théorie de ses maisons blanches ou grises, trouant l'azur d'un mat de pierre qui est la flèche de sa cathédrale, au repos dans un espèce de golfe immense tout hérissé de vagues qui dorment."
Clovis Hugues - Le temps des cerises 1948


La place de la mairie d'Embrun
Un jour de marché


1 commentaire:

  1. bonjours, mon père faure marius était né au château de la garde a savines en 1918 et il me parlait tout de son village tout le temps, dès son jeunes age il était berger ensuite il a travaillé chez Imbert a embrum avant de venir dans le nord de la France ou il a travaillé comme mineur,en 1954 il n avait pas le choix, il n a surement pas su que son village a été immergée sinon il m en aurai parlé et aurai été décu tout comme tous ceux qui ont du partir . voila c était un petit clin d œil pour mon père que j aimai tant . mon adresse e mail: laurentfaure59@gmail.com

    RépondreSupprimer

Bonjour,
Merci de votre intérêt pour mon blog et Jean Giono.