J'aurais aimé...

J’aurais aimé Manosque et la Provence comme berceau de mon enfance !
J’aurais aimé séjourner au Paraïs !
J’aurais aimé avoir 20 ans au Contadour pour vivre la grande aventure ! Lire la suite...

dimanche 27 octobre 2013

Serre Ponçon, La Durance et l'Ubaye maîtrisées, des villages sacrifiés...


Des villages engloutis...


A la construction du barrage, plusieurs villages situés dans la vallée de la Durance et de l'Ubaye sont amenés à disparaître, toutes les constructions situées à une altitude inférieure à 780 m seront détruites, c'est le triste sort de Savines, Ubaye, Ile du Rousset et autres hameaux.
Savines sera reconstruit, Ubaye disparaitra...


"On commença à parler d'une entreprise qui devait transformer toute la vallée de la Durance jusqu'à Savines et celle de l'Ubaye jusqu'à Ubaye. C'était là, une idée folle. Il s'agissait d'établir un barrage sur la Durance à l'endroit appelé Serre-Ponçon, où deux contreforts de montagnes resserrent la vallée. Ce barrage ferait s'établir un lac par la retenue d'eau de la Durance et de l'Ubaye.
Le projet prévoyait que les villages d'Ubaye et de Savines seraient engloutis par les eaux. C'était, parait-il, pour faire de l'électricité.(...) Il eut bientôt la certitude que le projet allait être mis en chantier, il attendait la confirmation d'une autre série de conversations aussi innocentes que les premières. Enfin il fut tout à fait renseigné.
Rien n'avait changé encore, ni à Ubaye, ni à Savines, ni à Serre-Ponçon. C'était toujours des lieux sauvages et paisibles."
Jean Giono - L'Eau Vive

Savines avant la démolition

Sur le côté, les premières maisons de Savines s'offrent à notre regard. La plupart sont déjà démolies. Au pied du nouveau pont, une statue de bronze qui sera elle aussi immergée représente la République. A son bras les habitants ont accroché un drapeau tricolore.
F. Baussan - Le Méridional





Le 3 Mai 1961, le nouveau pont de Savines
et le dynamitage de l'ancienne église (paris-Match)


L'abbé Ferraro fit la une des journaux, après avoir vu son église disparaître il récupèrera la croix du clocher dans les décombres.
Source Paris-Match



La chapelle Saint Michel, située non loin de Savines, devait elle aussi, disparaître, mais à la dernière minute on décide de la conserver , puisqu'elle est au dessus de la côte maximale du lac. Elle est désormais installée sur une île.
D'après source Muséoscope du Lac


La Chapelle Saint Michel,au début de la mise en eau du barrage
Et après ...
Peuplé d'environ 180 habitants, Ubaye est à mi-chemin entre Gap et Barcelonnette. Contrairement à Savines, Ubaye n'a pas été reconstruit, il a disparu sous les eaux, le film l'Eau Vive écrit par Giono raconte cette histoire inspirée de la création du barrage.

Démolition de l'église d'Ubaye par un bulldozer
"Ils vont raser nos maisons. Ils n'en veulent pas au fond de leur lac. Ils disent qu'on les verrait et que ça ferait mauvais effet. Tu sais jusqu'où il va leur lac ? Jusqu'à la porte du cimetière !!"
Jean Giono - L'Eau Vive


Les habitants ne voulant pas que leur cimetière disparaisse sous les eaux, décident de le déplacer et le remonte pierre par pierre, il se trouve sur la route entre Barcelonnette et le Sauze-du-lac.



Le cimetière d'Ubaye déplacé sur les rives du lac. 


Stèle à la mémoire du village
Joséphine 
"Et toi, Hortense, à Ubaye? Ça va être noyé aussi à Ubaye? Qu'est-ce qu'il en dit ton père?"
Hortense 
"Il dit comme vous, tante, que ça va être noyé".
Jean Giono - L'Eau Vive




Serre-Ponçon avant la mise en eau
La mise en eau du  barrage s'est effectuée en 18 mois. Elle a débuté en Novembre 1959. Le lac a atteint sa côte maximale de 780 mètres le 18 Juin 1961.
Source Muséoscope du lac

2 commentaires:

Bonjour,
Merci de votre intérêt pour mon blog et Jean Giono.