J'aurais aimé...

J’aurais aimé Manosque et la Provence comme berceau de mon enfance !
J’aurais aimé séjourner au Paraïs !
J’aurais aimé avoir 20 ans au Contadour pour vivre la grande aventure ! Lire la suite...

vendredi 28 mars 2014

Le Hussard sur le toit...Aventure et romantisme... Episode 1


"Un épi d'or sur un cheval noir..."


Le magnifique roman de Jean Giono (1)

Le Hussard sur le toit, ce titre intrigue, pourquoi sur le toit ? Qu'a-t-il fallu pour l'amener là ? Rien moins qu'une épidémie de choléra qui ravage la Provence vers 1830.

Angelo Pardi, jeune colonel de hussards piémontais, éxilé en France est chargé d'une mission mystérieuse. Il veut retrouver Guiseppe, Carbonaro comme lui, qui vit à Manosque.
Mais le choléra sévit, les routes sont barrées, les villes barricadées,on met les voyageurs en quarantaine, on soupçonne Angelo d'avoir empoisonné les fontaines ! Seul refuge, les toits de Manosque. 
Entre ciel et terre, il contemple la splendeur du paysage et devient ami avec un chat. Une nuit au cours d'une expédition, il rencontre une étonnante et merveilleuse jeune femme, Pauline de Théus. Tous deux feront route ensemble, connaîtront ...l'amour et ...le renoncement.
Source internet

Le film de Jean Paul Rappeneau

En 1947, Jean Giono commence à écrire Le Hussard sur le toit, à l'époque  un essai cinématographique est tenté parmi d'autres, il est vrai que ce livre peut séduire les metteurs en scène.
Sylvie Giono relate à ce sujet une anecdote particulièrement savoureuse: 

"J'ai des dossiers cinéma épais de plusieurs dizaines de centimètres. L'oeuvre est très romanesque, l'histoire fabuleuse. En parcourant l'écrit, chacun peut voir son Hussard, tout le monde le suit en imagination. Aussi réaliser un film sur le sujet ne peut être que délicat. En particulier l'acteur devant interpréter le personnage d'Angelo. Pour ce rôle, on avait à l'époque proposé à mon père Gérard Philipe, un choix paraissant judicieux à l'ensemble des créateurs y compris ma soeur et moi. Très séduites comme toutes les jeunes filles par le romantisme de l'acteur.
Seulement voilà, mon père l'avait vu un jour dans une adaptation d'une oeuvre de Stendhal, son auteur favori et l'interprétation lui avait fait dressé les cheveux sur la tête : " Ah non !! pas Gérard Philipe dans le rôle d'Angelo, il serait capable d'attraper le choléra dès la première scène !!" Ce qui nous fit tous beaucoup rire.
A cette époque le film n'a pas été réalisé, non pas à cause de cet incident mais par manque de capitaux nécessaires à une telle entreprise. Mais aujourd'hui, c'est chose faite!"
Sylvie Giono

En effet, en 1995, Jean Paul Rappeneau (2) met en scène " Le Hussard sur le Toit" avec Juliette Binoche (Pauline) et Olivier Martinez (Angelo) entre autres.



Pauline ( Juliette Binoche ) et Angelo ( Olivier Martinez )

"Cet été là en 1830, une terrible épidémie de choléra dévaste la campagne provençale ! Partout des mourants, des morts et des corbeaux. Sur la route, Angelo tente de soigner des malades. Il n'hésite pas à reproduire les gestes de ce médecin français qu'il a vu courir de maison en maison pour venir aider tous ceux qui ne sont pas morts et qui se cachent. A Manosque, Angelo se retrouve au coeur de l'épidémie."...Source internet - cinéfête- institut Français Allemagne


(1) Jean Giono - Le Hussard sur le toit - Editions Gallimard NRF -
(2) DVD : Le Hussard sur le toit - Hachette Première - 1995

2 commentaires:

  1. pourquoi Pauline attrape le choléra ? et le médecin français ? pourtant ce sont des personnages qui n'ont pas peur de la maladie, il n'ont pas mérités cette maladie, que Giono utilise comme moyen pour punir ceux qui le méritent, les personnes haineuses, égoistes et passive face à ce drame qui vient les punir !
    pourquoi ? je ne parviens pas à trouver les réponses ?

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,
    Pourquoi dites-vous que Giono utilise la maladie pour punir ceux qui le méritent?? Pauline et le médecin français ne sont pas les seuls "personnages sympathiques" à attraper le choléra, la préceptrice des enfants et les enfants eux-mêmes ne sont-ils pas des personnages sympathiques? méritaient-ils de mourir? La lecture et la re-lecture du formidable roman de Jean Giono et mon interprétation personnelle ne me permettent pas de répondre à votre question ? Nous pouvons en débattre si vous avez plus d'arguments!! bien cordialement

    RépondreSupprimer

Bonjour,
Merci de votre intérêt pour mon blog et Jean Giono.