J'aurais aimé...

J’aurais aimé Manosque et la Provence comme berceau de mon enfance !
J’aurais aimé séjourner au Paraïs !
J’aurais aimé avoir 20 ans au Contadour pour vivre la grande aventure ! Lire la suite...

samedi 17 janvier 2015

Le plateau d'Albion, un monde de pelouses et de steppes balayées par les vents...



"LE PLATEAU ", les grands espaces, les grandes terres à céréales et à lavandes, les grandes fermes, les grands bois et en toile de fond... le Mont Ventoux. Le tout quadrillé de larges chemins sur lesquels circulent les étoiles et le soleil !!




Sur ce plateau ondulé comme la mer, tout disparaît dans le creux des vagues. On a à peine le temps de se retourner : la ferme, le village, l'arbre se sont enfoncés et d'autres choses émergent (...) et au fond de l'avenue des arbres, la montagne bleue apparaît... Jean Giono - Provence





Les grandes terres... (source internet)


La ferme de "silance"
"Sur des kilomètres d'alentour, pas d'arbres, pas de vie, sauf celle de l'herbe et du vent. Quand, de "silence" ( ce n'est pas l'orthographe actuelle :"silance"je vais me promener du côté du col de l'homme mort, à mesure que je monte vers Villesèche (...) dans l'ouest, au-delà des pentes du Ventoux, j'aperçois dans le brouillard des lointains les lambeaux étincelants du Rhône et le lit de cette fameuse route n°7 par laquelle on pénètre en Provence, vers la mer si divertissante." Jean Giono - Provence


"Cette route est solitaire, cette terre est déserte.Rien ne s'émeut autour du bruit de mon pas."
Jean Giono - Provence 

"Cette plaine est à mille mètres de hauteur dans le ciel et tout le dit, longuement, et avec insistance pour qu'on le sache bien : le bruit du pas sur la route, la pureté de l'air glacial, les juillets sur le blé vert, la netteté du plus petit détail, précis, à travers vingt kilomètres d'été."
Jean Giono - Provence



Le Mont Ventoux, cette montagne qui habite un pays qui n'est pas le sien...


"La Montagne, l'été, elle fait pendre de sa hauteur ses abîmes bleus
bordés de sapins, les blessures de la pluie et des orages..." 

Une ferme, près du Revest, là où on aimerait bien se poser

Le plateau au coucher du soleil



"Le déroulement de la montagne et de l'espace est là devant. Il y a des montagnes qui habitent le pays des montagnes (...) ici la montagne habite un pays qui n'est pas exactement le sien. (...) Elle est restée montagne ; l'hiver elle a des neiges (...) l'été elle fait pendre du haut de sa hauteur ses abîmes bleus bordés de sapins, les blessures de la pluie et des orages."
Jean Giono - Provence


De Sault à Simiane en passant par le Revest-du-Bion

" On voit sur la gauche (...) une longue ligne bleue qui va rejoindre les Alpes au fond à l'Est. C'est le plateau d'Albion (...) Entre les deux, la solitude, plus de cinquante kilomètres avec un seul village de huit cent habitants : Le Revest ; quelques hameaux, Ferrassières, Saint Christol. Le seul aspect de ce village et de ces hameaux renseigne sur les moeurs."
Jean Giono - Provence







" A un moment, je tourne la tête : le village du Revest-du-Bion  a disparu derrière moi. La route maintenant émerge lentement d'entre les sainfoins en fleurs ."
Jean Giono - Provence

Il y a sur ce plateau, sur la commune du Revest-du-Bion, un joli domaine, une grosse ferme labellisée "gîtes de France" qui se nomme Pierre Rousse, cet endroit respire la sérénité et la joie des grands espaces chers à Jean Giono, c'est aussi le lieu de naissance du peintre du Revest, Eugène Martel



"Le domaine de Pierre Rousse" (2)

Le plateau d'Albion a accueilli de 1967 à 1999 le site de lancement de missiles nucléaires Sol-Sol.
Source internet - J.M. Guillon

En 1966, des manifestations ont alors lieu et des voix s'élèvent pour contester et s'opposer à cette implantation, de nombreux artistes montrent leur mécontentement comme Picasso ou René Char :

Afin d'illustrer l'affiche dessinée par Picasso, René Char (1) écrit :

" Que les perceurs de la noble écorce terrestre d'Albion mesurent bien ceci : Nous nous battons pour un site où la neige n'est pas seulement la louve de l'hiver mais aussi l'aulne du printemps. Le soleil s'y lève sur notre sang exigeant et l'homme n'est jamais en prison chez son semblable. A nos yeux, ce site vaut mieux que notre pain car il ne peut être, lui, remplacé." 



Le plateau est désormais dénuclarisé et retourné à ses difficultés ordinaires.

Aujourd'hui, les légionnaires du 2ème régiment étranger du génie ont investi le site , de nombreux radars et paraboles ont été installés ainsi qu'une station d'écoute de la DGSE.(source Wikipédia)

La commune de Ferrassières héberge une gigantesque centrale photovoltaïque.



Centrale photovoltaïque sur le plateau (photo personnelle)


Très prochainement,  rendez-vous au Revest-du-Bion en compagnie du peintre Eugène Martel...!! et de Jean Giono bien sûr !!

(1) René Char : Poète et résistant Français né en 1907 à L'Isle-sur-la-Sorgue dans le Vaucluse et décédé en 1988
(2) Le domaine de Pierre Rousse , labellisé Gîtes de France : http://www.gite-pierrerousse-provence.fr/

3 commentaires:

  1. Alors là! La machine est en route. Tout Giono. Mieux que la PLEIADE! II va malheureusement passer aussi par Marseille! Malheureusement parce que pour vous je suppose que les grandes villes en vacances vous évitez! Mais Marseille pourrait être et est quand même une ville magnifique. Et Giono y a passé des bons et des mauvais moments. Avec le MUCEM la vue sur les forts prisons sont superbes. La montée du Ventoux en vélo classique part de Bédouin, mais de Sault elle est plus facile! Ce plateau est une joie avec les lavandes en fleur, il est rude en hiver sous le vent. Toute la Provence de Giono rude et joyeuse loin des fifres des félibres.

    RépondreSupprimer
  2. Merci Patrick, oui nous passerons prochainement par Marseille! ville magnifique comme vous le dites et que j'apprécie, Jean Giono a beaucoup raconté Marseille et je me dois de l'évoquer sans détour!! ce sera fait, comptez sur moi...

    RépondreSupprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer

Bonjour,
Merci de votre intérêt pour mon blog et Jean Giono.