J'aurais aimé...

J’aurais aimé Manosque et la Provence comme berceau de mon enfance !
J’aurais aimé séjourner au Paraïs !
J’aurais aimé avoir 20 ans au Contadour pour vivre la grande aventure ! Lire la suite...

vendredi 21 mars 2014

Balade sur le dos de Lure à la découverte du caïrn 2000





" Étant donné que j'ai été le guide et que, le premier, j'avais repéré le pays bleu à la lisière des nuages, j'ai le droit d'en parler, mais, étant donné que charité bien ordonnée commence par soi-même, et que nous sommes cinq gaillards bien décidés à ne rien laisser salir de ce que nous avons vu, touché, respiré et senti, je n'ai le droit de parler de ce pays que pour en donner envie - et en indiquer le chemin - à des gens de qualité (...) Ceux qui viendront ai-je dit, ils auront passé au travers de mes mots. Je leur dirai tout ce qu'il faut pour qu'ils puissent trouver mais je les avertirai que sans la bonté du coeur ils n'entreront jamais dans ce pays qui est la merveille des merveilles."
Jean Giono - Provence 



"Le pays bleu à la lisière des nuages

Le sentier sur la crête, en haut le signal de Lure


Nous partons donc du signal de Lure en direction de l'Est... Le sentier pierreux longe la crête, à l'ubac c'est la pente vertigineuse et la vallée boisée du Jabron, à l'adret, un immense plateau, se sont des collines et des ravins à perte de vue, l'herbe est rase, quelques touffes de lavande sauvage, du thym et de la sarriette, des cailloux , des buissons épineux, disséminés dans ce paysage, quelques bosquets de vieux chênes verts tordus par le soleil et les vents et de jeunes sapins.


"Quand j'arrivais dans la bousculade des collines, mon coeur fit doucement un petit plongeon. Des vagues de terre et de l'écume d'arbres à perte de vue..."
Jean Giono - Le serpent d'étoiles


En bas un ruban gris brille sous la chaleur, c'est la route qui monte de Saint-Étienne-les-Orgues et redescend sur Sisteron ou les Omergues.





Tout autour de nous de petites constructions de pierres plates, là un igloo, ici un abri de berger ou encore de petits édifices aux formes bizarres formés au gré de l'imagination des randonneurs, ce sont les caïrns!! 




Nous n'oublions pas d'apporter notre pierre à l'édifice en complétant au hasard une construction et continuons notre chemin jusqu'au "Pas de la Graille"

C'est à cet endroit  du panorama, au plus haut de la promenade, sur le "Toit du monde de Jean Giono" que obligatoirement je pense à la chevauchée de Pauline et d'Angelo pour rejoindre Théus, tout dans ce paysage me rappelle la belle aventure romanesque du "Hussard".


Le toit du monde...selon Giono

Nous cheminons maintenant sur un amoncellement de pierres sonores ou chaque pas fait un bruit de vaisselle cassée  :

" Au grand large des pierres plates, sonores comme des cloches, reproduisant le moindre bruit." 
Jean Giono - Ennemonde et autres caractères


Voilà que se profile au lointain le Caïrn 2000, au "Pas de la Graille", la route redescend vers la vallée du Jabron, traversons la pour pénétrer dans des alpages.




Nous faisons connaissance avec deux bergers de Saint Etienne-les-Orgues  et leurs 1700 brebis en "estive" . Il y a deux troupeaux, l'un de brebis qui portent déjà leurs petits, l'autre retournera au bélier pour avoir des petits au printemps suivant. Les bergers nous expliquent qu'une échographie de chaque brebis  sera réalisée à la bergerie en Octobre.



" Il s'était retiré dans la solitude, où il prenait plaisir à vivre lentement avec ses brebis et son chien."
Jean Giono - L'homme qui plantait des arbres


Le berger près du caïrn 2000

" Pour le commun des mortels, le berger est un homme qui rêve, appuyé sur son bâton. Bien sûr qu'il rêve, que voulez-vous qu'il fasse d'autre..."
Jean Giono - Ennemonde et autres caractères


Le berger, dessin de Lucien Jacques


Nous avançons péniblement au milieu du troupeau effrayé par notre présence sous l'oeil vigilant du chien patou!!




Le Caïrn 2000

Nous voici à destination, une grande plate-forme minérale et un Caïrn géant édifié  par les baliseurs du comité départemental de la randonnée avec l'aide de bénévoles et le concours de la commune de Cruis. IL célèbre l'an 2000.
Haut de 3,50 m et large de 2,50 m à la base il compte pas loin de 13000 pierres dont certaines viennent du monde entier. (source JL Carribou)





Quelques souvenirs posés sur les pierres du Caïrn


" Alchimie personnelle, utilisation de la nature à des fins spirituelles, le bonheur même, si difficile à obtenir, suinte alors comme une résine (...) Ainsi, l'art d'assembler les pierres est l'art d'un théâtre de cristal où sont assignées des sommes de tempéraments et d'états d'âme, des places pathétiques."
Jean Giono - La pierre



Au terme de cette promenade, nous nous attardons pour une pose bien méritée à la table de pique-nique , en bas coule la Durance et le panorama à 360°, que ce soit vers le Nord, l'Est, l'Ouest ou le Sud est majestueux et imposant et n'a rien à envier au panorama du départ! Nous sommes les rois du monde !!




Malgré la proposition des bergers, certes alléchante, de nous ramener à la voiture avec leur 4x4, nous déclinons l'invitation et repartons courageusement à pied par la route afin de récupérer notre véhicule, nous arriverons à l'aire de stationnement épuisés, cuits par le soleil encore chaud malgré l'heure avancée d'une soirée de Septembre, avec des images fantastiques plein la tête et rassasiés de tant de beauté!! Celui qui ne connaît pas cet endroit magique ne peut pas comprendre...

"Nous avions tant vu de belles choses que nos yeux luisaient comme des yeux de renard."
Jean Giono - Provence


la route à force de tours et de détours nous ramènera au point de départ tout là haut!

Et pour terminer, un beau poème à la gloire des vaillants randonneurs



Une belle idée pour cet été, bonne balade à tous !! Et n'oubliez pas de vous munir des deux tomes des livres de Jean-Louis Carribou !! Ses ouvrages cachent des trésors. (1)


(1) Tome 1 - 10 balades littéraires à la rencontre de Jean Giono, collection marcher un livre à la         main , le bec en l'air  (Manosque-des-Plateaux)
      Tome 2 - 15 balades littéraires à la rencontre de Jean Giono, collection marcher un livre à la         main , le bec en l'air  (Montagne de Lure)
       (Texte et itinéraires Jean-Louis Carribou, photographies François-Xavier Émery)

5 commentaires:

  1. La ligne bleu des Vosges je ne connais pas! Mais alors là franchement bravo pour avoir su rendre ce bleu de septembre. Rien à voir avec le bleu côte d'azur stéréotypé, rien à voir avec le ciel d'été qui vibre sous la chaleur. Là, le bleu est calme. Lure au dessous à l'air de ronronnait. Merci pour cette nouvelle belle invitation.

    RépondreSupprimer
  2. Merci ! Oui le pays bleu il n'existe pas que dans l'imaginaire de l'écrivain... quand on est là haut, tout là haut, c'est un autre monde, je le sais, je le sens et dans cette balade celui qui m'accompagne s'appelle Jean Giono... j'espère vous avoir donné envie d'y aller si vous ne connaissez pas. Bien amicalement
    Michèle

    RépondreSupprimer
  3. Lure je l'ai connu petit en luge. On sortait du car surchauffé par l'ascension et on prenait le Mistral glacé. Il fallait se ruer dans la salle du refuge réservée aux groupes! Aprés je l'ai connu comme moniteur de colo, Le clou de chaque séjour était la rencontre entre la colo de la ville de Gardanne situé saint Etienne et la colo de la ville de port de bouc situé presque au sommet. Orages, vipères, framboises ... Aprés je l'ai connue en ski de randonnée comme une grande alpine. Maintenant je la traverse en vélo! Départ forcalquier, fontienne st etienne, mallemoisson, les bons enfants valbelle col graille sommet et retour par versant sud. Splendide, bien plus sauvage que le Ventoux.

    RépondreSupprimer
  4. Dans le nulèro 8 de la revue Giono des Amis de G une suite de photos qui ne rendent pas si bien que vos photos du monde de l'écrivain. Ce monde rêvé et si présent, comme vos photos qui montrent vos propres rêves sur ce pays et en même temps en saisissent les petits détails si fortement réels

    RépondreSupprimer
  5. Vous êtes trop gentil avec moi ! je vois que Lure n'a pas de secrets pour vous... je suppose que vous avez la chance d'être un vrai provençal pour avoir fait tout cela, que de souvenirs... ! Oui Lure est beaucoup plus sauvage que le Ventoux même si j'aime beaucoup le Ventoux, la montagne de Lure a le mérite d'avoir été épargnée par le tourisme de masse, souvent on y est seul et c'est là que c'est grandiose, et puis le Ventoux ce n'est pas Giono. cet été nous nous posons à Forcalquier mais je ne pense pas faire l'ascension à vélo!! Nous en resterons à la randonnée pédestre !! Si vous avez la possibilité d'aller sur Facebook, allez voir les photos de Lure sous la neige que j'ai posté, ce sont celles des gardiens du refuge. A bientôt

    RépondreSupprimer

Bonjour,
Merci de votre intérêt pour mon blog et Jean Giono.