J'aurais aimé...

J’aurais aimé Manosque et la Provence comme berceau de mon enfance !
J’aurais aimé séjourner au Paraïs !
J’aurais aimé avoir 20 ans au Contadour pour vivre la grande aventure ! Lire la suite...

samedi 25 mai 2013

Jean Giono en amitié : Edith Berger, le "peintre du pain quotidien"...

                       

                        Edith Berger, peintre du Trièves



"Ma montagne est belle, la plus belle, et mon village est tout un monde... et je ne peux me résoudre à ramener cette grandeur à l'échelle des paysages communs".
Edith Berger

Edith Berger est née à Grenoble le 28 Novembre 1900, elle découvre le Trièves en 1920...








"C'était en Hiver pour mes 20 ans, j'étais allée faire un voyage à Saint-Tropez, nous rentrions en train de Marseille quand tout à coup, le col de Lus-La-Croix-Haute s'est ouvert sur le Trièves, il était seize heures ; il faisait très froid. Le soleil se couchait sur l'Oisans, et le Trièves paraissait bleu dans l'ombre. Il y avait  de la neige et des traîneaux tirés par des chevaux. C'était magnifique.
Les maisons étaient comme couvées sous un édredon de neige et semblaient filer la laine de leurs moutons par le trou de leurs cheminées".
Edith Berger (Dans le Trièves d'Edith Berger de André Giraud)


Lalley en hiver (huile d'Édith Berger)


Habitée par le souvenir du Trièves, elle séjourne à Lalley une première fois en 1929 puis y revient pour quelques mois en 1930.
En 1934, Antonin Bernard, maire de Lalley l'informe que l'instituteur du village laisse vacant son poste de secrétaire de mairie, elle s'y installe alors et devient correspondante du journal "le petit dauphinois" (ancêtre du Dauphiné libéré).
Dans ce village elle  trouve une paix intérieure et  la solitude  qui  lui  sont nécessaires, elle se sent en harmonie avec l'univers qui l'entoure et trouve un rythme de vie à sa hauteur. Ici lui sont offerts en suffisance les sujets et les thèmes qui alimenteront l'oeuvre de toute une vie.
d'après André Giraud ( Le Trièves d'Edith Berger)




La mairie, école de Lalley

Edith Berger, les foins (collection Y. Perli)


Edith Berger rencontre Jean Giono en 1931 , elle profite d'un séjour à Gréoux-les-bains pour se rendre au domicile de l'écrivain à Manosque, elle cherche alors des conseils pour assouvir son désir d'écrire. De cette première rencontre naît une amitiè profonde, ils se reverront souvent à Manosque, puis à Lalley ou Giono passera des vacances familiales. Ils éprouvent tous les deux le même attachement pour le Trièves.
d'après André Giraud ( Le Trièves d'Edith Berger)





Jean Giono a toujours apporté son soutien et intérêt au travail d'Edith Berger "Qui peignait comme un homme alors que son ami Lucien Jacques peignait comme une femme"
Giono revient à Lalley en 1949 et lui rédige un premier texte de deux pages manuscrites de sa fine écriture, en Février 1950, Edith lui demande deux pages supplémentaires. Ainsi naît "Village", c'est le dernier ouvrage de Jean Giono qui prend pour cadre le Trièves. Cet ouvrage de bibliophilie, édité à 150 exemplaires est achevé d'imprimer le 3 Juin 1950. Les dix premiers volumes sont enrichis d'un dessin original du peintre. 
Giono écrit à Edith Berger : " Si la vente marche et si tu le désires, je pourrais donner un texte chaque année".
d'après André Giraud ( Le Trièves d'Edith Berger)



Portrait de Jean Giono par Edith Berger

De toute cette amitié, ce respect du travail de l'autre Jean Giono dira en 1948 :

"Il y a vingt ans que je suis avec un intérêt affectueux le travail d 'Edith Berger. Il y a vingt ans que je la vois s'approcher de plus en plus près de la vérité avec une patience d'ange. Elle est maintenant à un point ou le choix qu'elle fait pour exprimer les êtres et les choses coïncide exactement avec le choix que ces êtres et ces choses ont fait d'instinct pour exprimer leur propre vie, elle est le peintre du pain quotidien".
Jean Giono - 1948 préface à une exposition

C'est par la qualité de son oeuvre que cette artiste discrète, secrète même, qui s'est tenue à l'écart - géographiquement et esthétiquement - des courants et des milieux artistiques, a obtenu sa reconnaissance.

A 71 ans elle écrit : " Si je considère ma vie, elle m'apparaît comme un contre jour, jamais un éclairage franc, de couleurs éclatantes. S'il y a de la lumière, ce n'est que par reflets ou lueurs frisantes, irisations. En fin de vie, cela n'a pas d'importance, l'essentiel est que tout cela "tienne" et fasse un beau tableau".




Edith Berger vers 1990, photo Michel Adam

Edith Berger repose depuis 1994 dans le petit cimetière de Lalley parmi ces hommes et ces femmes de son village qui ont participé étroitement à la création de son oeuvre. Depuis 1991, une place du village de Lalley porte son nom.
d'après André Giraud ( Le Trièves d'Edith Berger)(1)


La plaque sur la place de Lalley


(1) Pour en savoir plus, lire les  ouvrages de André Giraud (le Trièves d'Edith Berger - CPI patrimoine en Isère et Présence d'Edith Berger et Jean Giono à Lalley en Trièves - plaquette éditée par la mairie de Lalley)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Bonjour,
Merci de votre intérêt pour mon blog et Jean Giono.