J'aurais aimé...

J’aurais aimé Manosque et la Provence comme berceau de mon enfance !
J’aurais aimé séjourner au Paraïs !
J’aurais aimé avoir 20 ans au Contadour pour vivre la grande aventure ! Lire la suite...

jeudi 8 novembre 2018

Gréoux-les-bains... L'oasis romantique du Verdon



Le charme de Gréoulx...







Gréoux-les-bains (anciennement orthographié Gréoulx) se situe au coeur de la Haute-Provence, aux portes des gorges du Verdon, c'est une station thermale réputée, le bienfait de ses eaux convient aux rhumatismes et aux voies respiratoires mais c'est avant tout un gros village provençal de caractère. Jean Giono venait se reposer à Gréoux, il quittait l'été les grosses chaleurs de Manosque pour se réfugier chez ses amis Cadière , Antoine Cadière était le directeur de l'établissement thermal , l'écrivain venait de ce fait y soigner sa goutte. C'est là dans cette propriété décrépite mais pleine de charme qu'il a reçu pendant plusieurs mois Jean et Thaos Amrouche pour l'enregistrement de ses entretiens (1)




Le château de Gréoux


"Chère amie, (1948) Je désirerais aussi vous avoir pendant quelques temps ici pour que nous orchestrions plus soigneusement que par lettre ce qui doit être fait. Voilà ce que je vous offre. Il y a ici, à cinquante mètres de chez moi, plein soleil, trois pièces. Elles sont à vous. Venez , et venez tout de suite."
Lettre à Marguerite Thaos-Amrouche écrite à Gréoux
Jean Giono -  j'ai ce que j'ai donné



Jean Giono à Gréoux, dans la propriété de ses amis Cadière
(photo album La Pléiade)




La Maison aujourd'hui (photo août 2018)


Aujourd'hui la maison de Monsieur Cadière, propriétaire des thermes de Gréoux de cette époque, est réduite à l'état de ruine c'est-à-dire quatre murs noircis et en partie écroulés envahis par la nature et les ronces. La société des thermes à qui elle appartient maintenant l'a laissée à l'abandon, elle a été utilisée lors d'exercices incendie par les pompiers. Hélas il n'y a plus rien à faire...!! Mais passons sur cette déception passagère et écoutons plutôt ce que Jean Giono a à nous raconter...

"Ce pays a un charme ..."

"Je ne connais pas d'endroit plus guérisseur de l'ennui que Gréoulx.
De même que cet endroit béni guérit les rhumatismes avec les vieux remèdes des eaux plus anciennes que le monde... Ce pays dont je veux énumérer les charmes guérit l'ennui avec les remèdes créés par Dieu à cet usage. Les seuls remèdes, à mon avis et j'aimerais bien qu'on soit dès l'abord d'accord avec moi sur ce point."
Jean Giono - Provence


Les thermes gallo-Romains de Gréoux



Juillet 1949 - extraits de lettres de Jean Giono à Élise et ses filles :

"...Avant de faire ma valise j'ai voulu, ma petite Zizi, te faire tout de suite ce mot parce que je sais qu'au fond, tu languis un peu. Je te récrirai de Gréoux après avoir vu le docteur et commencé la cure..." 

" ...Il fait ici le Sénégal!! Ici, cependant, ne veut pas dire Gréoux où les hautes ombrages, la maison fraîche où je suis, sont délicieux. (...)
Moi, j'en suis maintenant à 30' de bain par jour. je me sens merveilleusement bien. C'est tout à fait miraculeux. Tout de suite après le bain je me recouche très couvert! pour deux heures de repos absolu.(...) Je retourne voir le Dr mercredi pour qu'il marque l'horaire suivant. (...) pour l'instant il dit que je suis dans une forme parfaite. La tension dont je t'ai parlé est à son avis, quoique un peu élevée, tout à fait négligeable et d'ailleurs, dit-il passagère(...) Pour la première fois, je suis absolument seul. Les Cadière, qui sont des anges, montent une gare sévère autour de moi. Je passe des jours sans dire un mot. C'est un délice. tu auras cet hiver un mari tout neuf et les filles auront un papa plus jeune qu'elles !!"
Jean Giono -  j'ai ce que j'ai donné

Encore, toujours à l'été 1949 :

" C'est pourquoi je reste à 30' de bains par jour. Le Dr m'a dit qu'il attendait encore avant de me donner des remèdes hypotenseurs et que d'ailleurs, il a répété : cette tension n'est pas anormale eu égard au travail intellectuel que vous faites, à la place des remèdes j'aimerais mieux que vous fassiez une cure de silence (ne pas parler) et de solitude. C'est ce que je fais magnifiquement grâce à Monsieur et madame Cadière qui sont aux petits soins pour moi et me défendent comme des lions ..."
Jean Giono -  j'ai ce que j'ai donné


"La flotte des nuages..."
Ou encore dans Provence :

"Prenez donc le rageur le plus enragé et amenez le ici, par exemple un matin de Juin, à l'heure où le ciel hésite entre le bleu dur et le vert tendre, pendant que démarre des lointaines Alpes, la flotte des nuages s'essaie à des régates pleines de fantaisie, quand le duvet de la nuit brille encore sur les feuilles et sur les herbes.
S'il résiste aux vingt cinq premiers pas qu'il fait sous les tilleuls plein de fleurs, si le parfum qui gonfle ses poumons ne lui fait pas oublier toutes les odeurs qui jusque là excitaient ses glandes, si vous ne voyez pas son visage rajeunir à une vitesse stupéfiante, ses yeux redevenir naïfs et sa bouche s'arrondir comme celle des nourrissons, c'est qu'il n'y a plus d'espoir pour lui (...) Mais je ne crois pas qu'il puisse résister au vingt cinq premiers pas."
Jean Giono - Provence



La rue piétonne, nous sommes en Haute-Provence!


Le château vu depuis le village

Aussi ce que Jean Giono fait dire à un certain Mirabeau -Tonneau qui est à la tête des "Hussards de la mort" de la Brigade de Coblence : 

" Sur les conseils de Madame Pierrisnard, j'ai vu Gréoulx (...) 
Dès mon arrivée ici j'ai été payé de ma constance (...) rien n'est plus propre au bonheur, à la paix, à l'élan d'une sereine pensée. Imaginez moi, entrecoupant de sérieuses confrontations morales avec l'air de Choris si tant est que l'aurore... que je fredonne sans cesse et sans souci de chanter juste. Voilà l'état où m'ont mis et les ombrages et la fraîcheur..."
Voilà notre Tonneau loin des Hussards de la mort , il est à Gréoulx et il fredonne Lulli"
  
"Voici donc ce que disent des charmes de Gréoulx, les voyageurs authentiques!"
Jean Giono - Provence


"Les ombrages et la fraîcheur..."

Ou bien à un certain Président des Brosses (Un bourguignon de Dijon ) :

" Un soir l'étape se fait à Gréoulx par pur hasard :
"Vous vous imaginez que je suis en Italie, rien ne va plus vite qu'un fauteuil. Moi qui ne me déplace qu'en réalité, j'approche à peine des abords. Pour tout dire,   je suis en Provence. Plaignez-moi, c'est l'aridité même. Je mendierais le ciel, après quatre jours de soleil infernal, si je n'étais depuis deux jours qui ne devraient jamais finir, dans un village où l'on prend les eaux et qui s'appelle Gréoulx". Jean Giono - Provence


Au hasard d'une rue...

Le campanile de Gréoux

Ou bien à son "Bien-aimé" Stendhal :

"Ah! le cher homme, lui aussi parle de Gréoulx et en quels termes vous allez voir. Mais il n'y est pas venu (...) et que dit-il de Gréoulx?"


"J'ai, dit ce voyageur en chambre, passé la Durance, près d'une chapelle qui domine les galets de ce fleuve tapageur et gris (...) j'y suis arrivé à trois heures de l'après-midi rôti de soleil et couvert de poussière (...) Ici tout s'est apaisé, mauvaise humeur et démangeaisons. L'eau des bains est onctueuse comme de la crème de lait et je ne connais pas de bonheur plus grand que celui que j'ai eu ensuite : déambuler dans du linge frais sous l'ombrage d'immenses platanes. Il faut dire que la société ici porte sur son visage le ravissement et la paix. C'est contagieux." Jean Giono - Provence



Les frondaisons de majestueux platanes
dans les jardins des thermes

La médiathèque Lucien Jacques 



L'affiche de l'expo Serge Fiorio


La visite Guidée proposée par André  Lombard (photo Robert Callier)

(Photo Robert Callier)


C'est à l'occasion d'une première visite à Gréoux à l'été 2015 que nous nous sommes rendus à  l' exposition Serge Fiorio (2) organisée par André Lombard (3) et Jacky Michel (4) à la médiathèque "Lucien Jacques" (5).
Cet hommage au peintre, cousin de Jean Giono nous a ravis. Nous avons pu y admirer quelques belles oeuvres réunies pour cet évènement. Et surtout, en raison de la grande amitié qui le liait à l'artiste, André a su nous faire découvrir l'homme qu'il était.


Serge Fiorio dans son oeuvre (photo André Lombard)

Les précieux outils du peintre ... (Photo Robert Callier )


Quelques oeuvres de Serge Fiorio




Le "Vieux moulin" de Lucien Jacques


Lucien Jacques (source association des amis de Lucien Jacques)

A Gréoux, il nous faut aussi parler de Lucien Jacques, ici c'est le siège de l'association des amis de Lucien et nous avons eu la chance d'y rencontrer son président Monsieur Jacky Michel. C'est au 10 rue Fontaine vieille que nous avons découvert tous ces trésors précieusement conservés, une grande richesse,  de merveilleux tableaux et plein de documents, toute l'oeuvre de cet artiste "multi-cultures" et "touche-à-tout". Il a résidé à Gréoux les 6 dernières années de sa vie, de 1955 à 1961 et sa maison le "Vieux moulin", en ruine lui aussi se trouve en centre ville tout près des thermes. Pendant notre séjour une belle exposition se tenait à la médiathèque, intitulée "Lucien Jacques et l'Egypte".( à venir, un article sur l'amitié Lucien Jacques - Jean Giono)


Le Moulin de Lucien 


"Antoine Cadière, le propriétaire des thermes, mettant le "Vieux moulin" à sa disposition, Lucien Jacques garde sa maison de Montjustin mais part s'installer à Gréoux-les-bains (...) Il retrouve avec émotion dans l'atelier du cordonnier Yvon Michel les odeurs et visions de son enfance n'ayant pas eu de vie de famille, il trouvera chez les Michel chaleur et réconfort."
Jacky Michel - site web de l'association : http://amislucienjacques.fr/






Les bords du Verdon


Pour terminer cette jolie balade culturelle, je vous parlerai moi aussi  de la douceur et du charme de vivre à Gréoux et surtout des délicieuses promenades au bord du Verdon... Et quand je dis "délicieuses promenades" je pèse mes mots, c'est un enchantement au plus chaud de la journée que se réfugier sur les berges de la rivière Verdon, la fraîcheur des ombrages, une multitude de canards et autres oiseaux, petits habitants discrets, des bancs propices à la lecture, au repos et à la méditation, le bruit de l'eau dans les roseaux, tout ici respire la tranquillité et l'apaisement.




(1) Entretiens Jean Giono- Jean et Thaos Amrouche -Éditions Gallimard

(2) Serge Fiorio : peintre, cousin de Jean Giono 

(3) André Lombard
Auteur de Pour Saluer Fiorio et Habemus Fiorio aux éditions La Carde Editeurs
et du blog http://sergefiorio.canalblog.com/

(4) Jacky Michel :
 Président de l'association des amis de Lucien Jacques  http://amislucienjacques.fr/


(5) Lucien Jacques : Poète, peintre, sculpteur,  et grand ami de Jean Giono - je consacrerai prochainement un article sur l'amitié Lucien Jacques-Jean Giono

4 commentaires:

  1. Chère Michèle,

    Je viens de découvrir, de bonne heure, votre compte rendu de votre passage à Gréoux. Vos citations du maestro manosquin sont formidables, bien choisies, tout comme le sont les œuvres de Serge, bien différentes les unes des autres, donnant un bon échantillonnage.
    Merci pour lui et pour moi dont vous signalez généreusement les ouvrages parus et le blog !

    Je ferai un prochain petit billet dans le mien (de blog) pour faire savoir tout cela, et j'espère qu'en retour vous aurez quelques visiteurs de plus !
    Je vous ferai savoir le jour de parution.
    Je vous remercie vivement, tout en regrettant de n'avoir pas eu à Gréoux tout mon temps pour échanger plus longuement avec vous et votre mari.

    A bientôt de se lire encore !
    Amicalement à vous deux !

    André.

    RépondreSupprimer
  2. Nous sommes allés manger au Patio aujourd'hui.

    RépondreSupprimer
  3. Quand est-ce qu'une municipalité de Gréoux prendra conscience de la grande valeur patrimoniale de l'œuvre de Lucien Jacques que Jacky Michel, son ange gardien, conserve et présente aux visiteurs dans son garage quand un espace dédié serait, en le cas, bien la moindre des choses pour qu'un plus large public en profite à l'aise!
    Merci Michèle d'être passée par l'expo Serge aussi !
    Bien amicalement,
    André Lombard.

    RépondreSupprimer
  4. Merci André pour votre commentaire sur cette actualité !! J'adhère complètement à cette idée de créer un espace dédié aux trésors de Jacky Michel, faire connaître à un plus grand public Lucien Jacques ne pourrait que valoriser la station et déployer toutes ces oeuvres serait la moindre des choses... Une maison Lucien Jacques par exemple... voyez comme nous revenons toujours sur le même sujet !! Bien amicalement, Michèle

    RépondreSupprimer